20 eurodéputés parrainent 20 défenseurs congolais

(Bruxelles) Une conférence de presse s’est tenue aujourd‘hui au Parlement européen pour lancer une initiative originale : 20 eurodéputés ont accepté de parrainer 20 défenseurs des droits humains congolais en danger afin de leur apporter une meilleure protection dans leur combat pour les droits humains et la démocratie.

Alors que la République démocratique du Congo (RDC) est en proie à de nombreuses tensions dans la perspective de la tenue des élections présidentielle et générale, les activistes de la société civile sont inquiétés pour leur combat en faveur de la démocratie, de l’alternance politique et la défense des droits humains.

Nos organisations soutiennent - ou ont élaboré avec des parlementaires européens engagés et de tous bords politiques - un mécanisme de parrainages des défenseurs des droits humains en danger par des eurodéputés. Issus de 20 organisations de défense des droits humains et de mouvement citoyens, les activistes menacés pourront compter sur la mobilisation de leur parrains eurodéputés pour informer, alerter et mobiliser la communauté internationale sur leur sort et agir en leur faveur.

« L’objectif de ce nouveau mécanisme est de permettre aux activistes de la société civile d’être mieux protégés en cette période de violence politique. Des dizaines d’activistes en RDC sont arrêtés, harcelés et emprisonnés arbitrairement pour exiger que leur droit à choisir librement leur dirigeant soit respecter. Nous ne voulons pas encore une fois que notre vote soit volé par nos dirigeants. »

Floribert Nzuluni du mouvement citoyen Filimbi

Ce mécanisme a vocation à mobiliser plus d’eurodéputés pour protéger plus de militants de la société civile en RDC. Il pourra également se mobiliser sur d’autres crises dans le monde.

« Les parlementaires européens démontrent encore une fois leur solidarité et leur soutien à la société civile congolaise qui se bat pour la démocratisation en RDC. Protéger les défenseurs des droits humains et les activistes des mouvements citoyens constitue en RDC, en Afrique et partout dans le monde une condition essentielle à l’émergence de l’expression démocratique. Protéger les droits humains est une condition essentielle pour faire progresser la démocratie à travers le monde »

Paul Nsapu, secrétaire général adjoint de la FIDH

Listes des députés européens parrains et des organisations parrainées :

Liste de députés européens / Sponsoring MEPs
M. Gianni PITTELLA
Mme Maria ARENA
M. Pier Antonio PANZERI
Mme Elena VALENCIANO
Mme Soraya POST
M. Norbert NEUSER
M. Philippe LAMBERTS
Mme Heidi HAUTALA
Mme Barbara LOCHBIHLER
M. Claude ROLIN
M. Louis MICHEL
M. Javier NART
Mme Marie-Christine VERGIAT
M. Helmut SCHOLZ
Mme Lola SÁNCHEZ CALDENTEY
M. Charles GOERENS
Mme Patricia LALONDE

Liste d’organisations parrainées / Sponsored organisations
FILIMBI-Kinshasa
ASADHO-National
JUSTICIA-Lubumbashi
PROTECTION ENFANTS/SIDA-Kinshasa
LUCHA-Goma
COMPTE A REBOURS-Kinshasa
IL EST TEMPS-Kinshasa
PARLEMENT DEBOUT DE FURU-Butembo
Agir pour les Élections Transparentes et Apaisées (AETA)- Kinshasa
Nouvelle Société Civile Congolaise (NSCC)-Kinshasa
Congolese international Congres (CIC)-Kinshasa
Institut pour la Démocratie, la Gouvernance, la Paix et le développement en Afrique/(IDGPA) – Kinshasa
Journal/Tempête des tropiques
Radio KASAI horizon
FILIMBI ITURI
Journal/Les Points saillants Plus – Kinshasa
Journaliste CC News
Journal indépendant – Toko Mi Wapi
Journaliste indépendante
Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ)

Contexte


La situation politique en République démocratique du Congo (RDC) s’est tendue un peu plus suite au report sin in die de l’élection présidentiel, avant le 19 décembre 2016, tel que le prévoyait la Constitution. L’accord de la Saint-Sylvestre, signé le 31 décembre 2016 entre la majorité présidentielle et l’opposition politique suite à la médiation de l’église catholique, prévoyait la mise en place d’un gouvernement de transition dirigé par le Rassemblement de l’opposition, l’instauration d’un Conseil national de suivi de la transition et l’organisation des élections avant fin 2017 sans la candidature du président sortant.

Toutefois, la majorité présidentielle n’a respecté ni l’esprit ni la lettre de l’accord de la Saint-Sylvestre en multipliant les manœuvres politiques : gouvernement de transition non issu de l’opposition, refus de la mise en place d’un organe de suivi de la transition et retards dans l’élaboration d’un calendrier électoral crédible. Parallèlement, la répression des défenseurs congolais des droits humains s’est aggravée, dans un contexte où la majorité de la société civile et de la population exigent le respect de la Constitution et l’alternance démocratique. Les représentants de la société civile et les défenseurs des droits humains en RDC doivent ainsi faire face à des menaces, des arrestations arbitraires et des assassinats qui risquent de s’exacerber dans les prochains mois.

Lire la suite
communique